Front National

21 avril 2002, 23 avril 2017: défaites et victoires du Front National.

Pour la seconde fois en 15 ans, la famille Le Pen est présente au second tour de l’élection présidentielle.

Cela demeure un choc.

Pourtant la comparaison entre ces 2 élections atteint rapidement ses limites. Le 21 avril au soir, Le Pen père triomphe… Bien sûr, mais très vite il déchante. Toute la France se mobilise et le progression entre les 2 tours est quasiment nulle.

Chirac Lepen

Le 23 avril est une semi défaite pour Le Pen fille. Elle n’est pas en tête, fait un score qui n’est pas si différent de celui de 2002. En effet le 21 avril, Le Pen père et Mégret font en tout près de 20%. Le 21 avril, 39 millions de français(e) peuvent voter. 14 ans après, ils sont 47 millions. Donc aussi bien en pourcentage qu’en voix, les Le Pen père et fille font un score similaire.

Nous sommes donc loin de la vague annoncée, du succès de la stratégie de dédiabolisation… Malgré la montée des populismes, la menace terroriste, les désordres européens, la crise migratoire… Les Français ont tenu bon. Il est important de le noter. Ce qui a craqué, ce sont les 2 grands partis de Gouvernement. Ce qui a réussi, c’est le pari de E. Macron et d’une certaine manière de J.L. Mélenchon. Pas celui de Le Pen fille.

Ce premier constat, relativement rassurant doit en revanche être très fortement relativisé par deux autres, nettement plus inquiétants.

D’abord, les clivages à l’intérieur du pays se sont accentués. stats1.jpeg

Entre 2002 et 2017, le score du Front National baisse dans toutes les grandes villes. Chez nous à Bordeaux de 10,7% à 7,4%. A Paris de 9,35% à 4,99%. A Lille de 16,02% à 13,83%. Il n’y a qu’à Marseille qu’il stagne. Et encore, Le Pen Fille arrive en seconde position derrière J.-L. Mélenchon alors que Le Pen père était en tête sur la ville en 2002. Un petit tableau Excel mis en photo le montre bien.

A l’inverse, dans les zones géographiques où le Front National était déjà fort, le vote ne fait que se renforcer. Le Pen fille arrive en tête dans 19.000 de nos 36.000 communes. Ses scores sont particulièrement forts dans l’est et le sud est. Jérôme Fourquet a fait une belle synthèse – comme souvent.

Ces fractures géographiques semblent aussi se retrouver au niveau des catégories socio-professionnelles. « Semblent » car pour 2002 nous avons foultitudes d’études très précises. Et pour 2017, juste plusieurs extraits faits par les instituts de sondages. Mais les premiers enseignements sont probants. 30% des ouvriers votent en 2002 pour Le Pen père. 36% en 2017 pour Le Pen fille. Nous avons le même phénomène pour les professions intermédiaires. Et c’est le contraire pour les cadres et professions intermédiaires.

Ici 2 références : une des nombreuses productions de Nonna Meyer et une première étude de IPSOS.

Ensuite et surtout, Marine Le Pen a progressé de fait depuis le 23 avril au soir. Il ne s’agit pas là des intentions de vote – il y a plutôt stagnation – mais des discours.

Du renvoi dos à dos, dans beaucoup trop de bouches ou de têtes de Macron et Le Pen fille.

En 15 ans, le Front National n’a pas réussi à se dédiaboliser… Et pour cause. Entre poursuites pour incitation à la haine des plus hauts cadres, tabassage entre ex-amis « gudards », relations sulfureuses en France et à l’étranger… sans parler des nombreuses mises en examen, cette banalisation ne peut se faire.

Sauf si…

Sauf si les uns et les autres, nous lui offrons. En minimisant ce choc de dimanche soir, en renvoyant effectivement dos à dos les 2 derniers qualifiés, en en donnant l’impression que c’est déjà gagné….

La dédiabolisation ne suffit pas forcément. Je suis déjà intervenu plusieurs fois sur ce sujet. La déconstruction du discours, l’examen des politiques menées dans les collectivités FN sont aussi indispensables… Mais dans tous les cas, il faut se battre pieds à pieds.

Dans les jours qui viennent, nous avons donc cet impérieux devoir. Faire en sorte que le FN ne progresse pas ou pas entre les deux tours. Chacun à sa manière. Avec son histoire, Ses arguments. Ses relations. Pas question de donner des consignes, de faire la morale…. C’est probablement contre productif. Non, lutter tenacement, dans nos cercles, avec la portée de nos voix… En deux semaines, Le Pen père n’avait grappillé que quelques pour cent. Il faut qu’il en soit de même pour Le Pen fille.

Et après, nous aurons plusieurs immenses tâches.

Arrêter la dérive des continents entre les multiples France. Cela passera surement par une nouvelle politique de l’aménagement du territoire, une sorte de nouveau contrat social global…

Redonner de l’espoir, de la fierté et penser les uns et les autres, à ceux pour lesquels nous nous battons. C’est à dire à gauche, pour les plus fragiles.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s